Notre impact en Éthiopie

Par Samson Tesfaye Woldetensaie, adjoint sortant du gouverneur du district 9212,  Addis-Abeba, Éthiopie.  

L’importance des données 

Samson Tesfaye Woldetensaie

Dans mon club, le Rotary club d’Addis-Abeba Central-Mella, nous travaillons actuellement sur une action visant à creuser des puits dans 24 communautés rurales du sud de l’Éthiopie. Les données que nous avons recueillies nous ont permis d’identifier les besoins locaux et nous ont aidés à déterminer la meilleure façon d’y répondre. 

Cette action vise à améliorer la qualité de vie des habitants qui n’ont pas accès à l’eau potable et à faciliter leurs tâches quotidiennes. Ces populations doivent en effet souvent parcourir de longues distances à pied pour atteindre une source d’eau souvent insalubre et porteuse de maladies hydriques. 

L’évaluation des besoins 

Toute action rotarienne commence par une évaluation des lacunes et des besoins d’une collectivité donnée. Les besoins identifiés nous sont souvent communiqués par des ONG locales qui opèrent dans cette région, l’administration régionale ou la population elle-même.

Pour notre action actuelle — sur laquelle nous avons collaboré avec le Rotary club de Northwest Austin et d’autres partenaires locaux et internationaux — nous avons été informés des besoins locaux par une ONG locale. Nous avons ensuite visité la région pour en savoir plus et parler avec la population et les différents acteurs. Nous avons ainsi constaté par nous-mêmes que les femmes et les enfants passent environ 3 heures par jour à collecter de l’eau. C’est du temps que ces enfants pourraient autrement consacrer à l’école ou à des activités périscolaires. 

Les habitants de la zone de l’action ont le même problème que la plupart des régions rurales d’Éthiopie : un manque d’accès à l’eau potable. Ils manquent aussi souvent de connaissances et de pratiques en matière d’hygiène et d’assainissement. Cela favorise les maladies d’origine hydrique provoquant maux d’estomac, diarrhée ou fièvre typhoïde. Les habitants n’ont pas non plus accès à des soins de proximité et ils doivent donc parcourir de longues distances pour se rendre dans des dispensaires où le coût des traitements médicaux reste élevé. 

Toutes ces informations sont importantes pour nous permettre de comprendre les problèmes de cette région.

La collecte des données 

Pour recueillir des données, nous commençons par observer. Nous observons le point d’eau, par exemple, et comment les gens recueillent l’eau, puis nous marchons avec eux pour voir combien de temps cela leur prend. Les entretiens sont aussi importants. Nous demandons : qui sont les principaux acteurs locaux ? En général, ce sont les femmes, car ce sont elles qui collectent l’eau. 

Nous réalisons aussi des entretiens en les abordant sous différents angles. Nous demandons qui est le plus influent, le plus populaire ou le responsable administratif. Nous essayons d’interroger les différents segments de la population. Nous utilisons pour cela le format fourni par le Rotary International pour nos outils d’évaluation qui répond à la plupart de nos questions, mais nous devons parfois l’adapter. 

Nous partageons nos expériences avec différents partenaires et parties prenantes. Par exemple, travailler avec une ONG locale ou internationale spécialisée dans le domaine de l’eau nous aide à élaborer un plan efficace. Ces ONG ont leur propre expérience et leurs propres capacités. Quant à nous, nous observons et nous nous assurons que tout est fait correctement.

L’évaluation de l’impact 

Nous avons monté une action dans le domaine de l’eau il y a deux ans dans une autre partie de l’Éthiopie.

Nous sommes retournés voir le puits quelques mois plus tard pour nous assurer qu’il fonctionnait et était toujours utilisé par la communauté. Nous avons parlé aux enfants et ils nous ont dit qu’ils ne manquaient plus l’école parce que l’eau était facilement disponible. Ils n’avaient plus à consacrer tant de temps à aller en chercher. Lorsque nous avons parlé à l’agent de vulgarisation sanitaire de cette région, elle nous a dit qu’auparavant quelqu’un tombait malade tous les deux jours, mais qu’aujourd’hui elle n’entendait plus parler d’aucune maladie d’origine hydrique.

Voilà l’impact que nous avons eu sur cette population. Je l’ai vu de mes propres yeux. Nous avons vu le robinet et l’eau propre, et nous la buvions aussi. Et c’est en voyant cet impact que nous savons que tous nos efforts en valent la peine. C’est la raison d’être du Rotary, et c’est pourquoi nous sommes des gens d’action. 

Une réflexion au sujet de « Notre impact en Éthiopie »

  1. Merci cher amis pour cet action c trop capital et surtout que l’eau et parmie les éléments les plus capitaux sur la santé , l’eau c’est la vie

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s