Communiquer sur le Rotary est l’affaire de tous

Propos recueillis par Christophe Courjon, tiré du Rotary Mag

Au-delà d’un savoir-faire pour mener à bien des projets d’intérêt public, les Rotary clubs doivent s’employer à un savoir-faire pour communiquer efficacement auprès de la communauté tout entière. L’ancien gouverneur Jean-Jacques Titon, spécialiste des ressources humaines et du coaching, est le coordinateur de l’Image publique de la zone 13 du Rotary International*. Il nous livre son point de vue sur une communication externe du Rotary adaptée aux temps présents et à venir.

Rotary Mag : Quelle est la finalité d’une communication externe sur le Rotary ?

Jean-Jacques Titon :  Communiquer vers le grand public est l’un des éléments importants pour le développement du Rotary. Beaucoup de citoyens ne comprennent pas ce qu’est le Rotary. L’élément central de notre communication est de montrer ce que les Rotariens font : il ne suffit pas de mettre en avant l’emblème du club mais d’expliquer avant tout ce que nous mettons en œuvre en faveur des bénéficiaires des actions. Le Rotary ne doit pas apparaître comme un simple relais entre des donateurs et une association bienfaitrice : la photo du chèque remis n’est pas parlante, à la différence de la réalité de ce qui est réalisé par les Rotariens. Bref, dire ce que l’on fait pour mieux dire ce que l’on est !

Rotary Mag : Quel angle les Rotary clubs devraient-ils privilégier pour sensibiliser le public à leurs actions ?

JJT : Le domaine professionnel est l’un des points d’ancrage du Rotary, et c’est la proximité qui fait surtout la communication vers le grand public. Notre image s’imprimera dans la société en fonction des réponses concrètes que les Rotariens pourront apporter à des questions ou préoccupations locales.

Rotary Mag : Quels moyens le coordinateur de l’Image publique du Rotary propose-il aux clubs et districts ?

JJT : Entouré d’une équipe de Rotariens professionnels de la communication, le coordinateur de l’image publique est au service des clubs et districts qui le sollicitent. Nous proposons d’aider les Rotariens dans quatre voies distinctes : le marketing du Rotary, la dimension des réseaux sociaux, la relation avec la presse écrite, la formation technique et audiovisuelle.

Il faut se rendre à l’évidence que les sites sont en perte de vitesse par rapport aux réseaux sociaux qui eux-mêmes évoluent. Il est contre-productif que des clubs maintiennent un site qui n’est pas régulièrement mis à jour, ce qui est hélas souvent le cas. Les techniciens de cette équipe, qu’ils soient journaliste ou spécialiste des réseaux sociaux, apportent leurs conseils aux responsables des clubs ou districts qui nous contactent.

Rotary Mag :  Des actions de communication d’envergure sont-elles prévues prochainement ?

JJT :L’équipe Image publique va renouveler en 2023 au niveau de la zone 13 du Rotary International l’opération Green startup week-end qui consiste à apporter un soutien professionnel à de jeunes créateurs d’entreprises liées à l’environnement. Cette opération, menée en 2021 par plusieurs districts de France, avait permis au cours d’un brainstorming de 54 heures animés par des professionnels aguerris d’aider trois jeunes pousses à se développer. Elle sera renouvelée dans l’idée d’affirmer le positionnement du Rotary auprès des jeunes entrepreneurs, futurs Rotariens.

Une autre action de communication externe au niveau de la zone 13 est prévue lors du prochain « World polio day », le 24 octobre 2022, avec le support de tous les districts. Cette opération mettra en lumière la proche éradication complète de la polio dans le monde et les nécessaires efforts pour y parvenir.

Le but de la médiatisation de ces deux grands événements sera d’avoir un impact massif auprès des concitoyens.

Rotary Mag : L’actualité est accaparée par les événements liés à la Covid et à l’Ukraine. Comment le Rotary peut-il émerger médiatiquement en cette période ?

JJT : Dire ce que l’on fait ! Il est important actuellement d’expliquer l’action des Rotary clubs en faveur des populations ukrainiennes, sans afficher la moindre connotation politique : les Rotariens agissent pour des individus et non pas pour un État.

L’élan du cœur ne doit pas faire oublier la nécessaire logistique et une coordination efficace des efforts. Même si de très nombreuses associations et collectivités agissent en faveur des réfugiés et victimes de guerre, les Rotariens doivent faire connaître leur implication et mettre en valeur leur propre savoir-faire professionnel. Mais il ne faut pas faire de la pure communication au risque d’apparaître à tort comme surfant sur la misère humaine.

Rotary Mag : L’utilisation d’une chaîne TwitchTV est-elle une solution d’avenir pour une communication plus moderne du Rotary ?

JJT : TwitchTV sera l’outil de référence dans toute la zone 13 du Rotary. Expérimentale dans le district 1730 (Côte d’Azur, Corse, Monaco), elle va concrétiser une nouvelle forme de lien et influer sur davantage de personnes. La portée de cet outil est colossale et le Rotary ne doit pas être à la remorque de l’évolution des médias. Un Rotarien spécialisé dans ce domaine coordonnera TwitchTV pour les dix-huit districts de France ainsi que les deux districts de Wallonie et du Luxembourg. Chaque district aura un correspondant en charge d’alimenter le contenu.

Rotary Mag : Cette chaîne TwitchTV va-t-elle remplacer la communication par les autres réseaux sociaux ?

JJT : TwitchTV ne va pas remplacerles outils actuels, mais les amplifier. Ce serait en effet une erreur de tout concentrer sur ce seul support car il s’agit avant tout d’un point de rencontre, la porte d’entrée d’une communication plus moderne qui agira en temps réel. Il existe une masse d’informations rotariennes considérable dans notre zone, ce qui exige de la travailler, condenser et prioriser. Ce sera la tâche des responsables de TwitchTV afin d’assurer une communication fluide, bien construite et qui interpelle les auditeurs.

Rotary Mag : Comment résumer en deux phrases la nécessaire modernisation de la communication externe du Rotary ?

JJT : Fairele bien n’exonère pas de vouloir bien le faire. La bonne volonté n’a jamais remplacé la compétence.

*La zone 13 rassemble les Rotary clubs de France métropolitaine, de Wallonie, du Luxembourg, d’ Andorre et de Monaco.

Une réflexion au sujet de « Communiquer sur le Rotary est l’affaire de tous »

  1. Un « Rotary Coordinator » est toujours rattaché à une région et non à une zone. Jean-Jacques Titon est coordinateur de l’Image publique du Rotary pour la région 14 (exclusivement francophone) et non pour la zone 13, qui comprend également les clubs néerlandophones de Belgique. Il est donc faux également d’écrire : « La zone 13 rassemble les Rotary clubs de France métropolitaine, de Wallonie, du Luxembourg, d’Andorre et de Monaco. » Elle comprend aussi les clubs flamands qui, eux, font partie de la région 22 avec les Pays-Bas.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s