Je n’ai pas l’étoffe d’un leader

Par Krista Ryanne O. Palabrica, membre du club Interact de Cagayan de Oro Premier

Je n’ai pas l’étoffe d’un leader. C’est ce que je me suis dit lorsque notre tout premier programme de formation au leadership — officieusement nommé « The Amazing Race of the Interact Club of Cagayan De Oro Premier » — a été annoncé en 2017. J’étais timide.

Au cours de ma deuxième année en tant que membre, j’avais encore du mal à m’ouvrir aux autres. Je n’étais pas sûre que les gens comprendraient ma maladresse et mon manque de compétences sociales. Je ne me voyais pas autrement que comme une planificatrice, une machine à trouver des idées d’actions. Je me méfiais constamment des autres et je me demandais : « Pourquoi devrais-je apprendre à être un leader ? »

J’étais plutôt pessimiste et je n’étais pas vraiment proche des autres membres en raison de nos différences d’âge. Je me souviens m’être sentie très déçue lorsque nous avons été derniers au classement préliminaire du programme.

Cependant, un moment a complètement redéfini l’expérience pour moi.  

L’épreuve qui m’a le plus marquée était le « Brawn Challenge » où chaque personne devait réussir un panier de basket, sinon le groupe entier devait recommencer. Cela aurait dû être simple, mais je ne suis pas très athlétique. Mon groupe se débrouillait très bien, mais je ratais tous mes tirs. Je me sentais frustrée et en colère contre moi-même.    

Les minutes passaient et je me sentais de plus en plus mal. Je pensais voir l’impatience et l’agacement chez mes coéquipiers, mais au contraire, ils m’encourageaient et me rassuraient. Ils me disaient qu’ils préféraient me voir enfin réussir un tir plutôt que de passer au défi suivant. C’est à ce moment-là qu’une vague de gratitude m’a envahie. Je me suis sentie pousser des ailes. Après trois autres essais, j’ai réussi à faire deux paniers. C’était comme dans un film et nos animateurs nous ont félicités. Malgré toutes les difficultés, cette courte révélation a été sans aucun doute ma plus grande victoire.    

Mais je ne suis pas la seule à avoir changé. Nous avons tous changé d’une certaine manière. C’était comme si chacun d’entre nous savait qu’il fallait intervenir quand les choses devenaient difficiles. J’aime à penser que cela nous a renforcé en tant que groupe et rendu plus proches. Nous avons tous convenu que, même si l’objectif était de gagner, il était plus important d’affiner notre travail d’équipe et d’apprendre à nous connaître. Bien sûr, il y a eu d’autres challenges qui ont mis à l’épreuve notre résilience et notre intelligence. Au fur et à mesure que nous progressions, j’ai trouvé du réconfort en sachant que j’étais avec des personnes en qui j’avais confiance. Lorsque l’un d’entre nous échouait, nous nous relevions et accomplissions la tâche tous ensemble.   

La fin du programme s’est clôturée, à ma grande surprise, par notre victoire. Le coucher de soleil se reflétait sur le terrain couvert comme un dernier cadeau pour cette journée particulière. En y repensant, j’ai su que j’avais changé et que l’expérience fut positive. J’avais de nouveaux amis qui me rendaient heureuse. Je me disais que si j’essayais d’être plus ouverte, je pourrais peut-être vivre d’autres moments comme celui-ci. J’avais terminé cette journée avec une nouvelle vision de ce que signifie être un leader et j’étais bien décidée à changer pour le mieux.    

Cette lettre a été soumise au Prix Interact 2020 du Rotary et a été publiée avec l’autorisation de l’auteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s