Ils ont besoin de toits

This image has an empty alt attribute; its file name is evenement-veste-polaire-2.jpg

Texte par Christophe Courjon, tiré de Rotary Mag

La paupérisation grandissante dans nos sociétés, conséquence des crises sanitaires et économiques ainsi que des migrations ininterrompues, se traduit par un nombre de plus en plus important de personnes sans domicile fixe. À travers le monde, les Rotariens apportent un soutien sous diverses formes aux personnes qui vivent dans la rue.

Le nombre de SDF est estimé à plus de 200 000 en France ; ils seraient 800 000 aux États-Unis. Des hommes de tout âge, mais aussi des femmes et leurs enfants, ainsi que des jeunes en situation de rupture familiale. Des situations qui interpellent nombre de Rotary clubs qui apportent des solutions souvent provisoires, ou qui favorisent parfois une réinsertion sociale.

Des compétences acquises en Centre du Rotary pour la Paix

L’aide apportée contre la grande pauvreté fait partie des programmes prodigués par les Centres du Rotary pour la paix. Eva Czermak, médecin et directrice de Caritas Marienambulanz à Graz (Autriche), a acquis une expérience d’aide aux plus démunis grâce à une bourse de la paix du Rotary pour aider les réfugiés et les sans-abri à continuer à recevoir des soins gratuits. Le docteur Czermak a obtenu un certificat professionnel au Centre du Rotary pour la paix de l’université de Chulalongkorn à Bangkok en 2017. Ses travaux de recherche portaient notamment sur l’impact des barrières linguistiques sur la qualité des soins. Elle affirme que « cette expérience m’a permis d’améliorer mes compétences en communication et en leadership que je peux désormais mettre à profit chez Caritas. » Elle a rejoint l’ONG Caritas en raison de l’opportunité de conjuguer ses connaissances dans deux disciplines : la médecine et la paix. « Ça va ensemble, c’est tout. J’ai fait des études de médecine parce que je souhaite aider les autres. » Soutenu par plusieurs Rotary clubs autrichiens, le département d’Eva Czermak apporte une aide directe – nourriture, abri et soins – pendant que les autres services de Caritas proposent des logements aux personnes âgées, des programmes de réinsertion pour d’anciens toxicomanes et même des activités sportives pour les enfants défavorisés.

Rotary Shelterbus au Royaume-Uni

L’initiative du Rotary club Birmingham Breakfast est de développer à travers le Royaume-Uni ce bus adapté à l’accueil des SDF

L’un des symboles de l’Angleterre, l’autobus à impériale, est utilisé pour secourir des personnes sans toit. Cette initiative du Rotary club Birmingham Breakfast consiste à transformer ce moyen de transport en un havre de paix. Une dizaine de couchettes à l’étage offrent un repos à des personnes épuisées physiquement et moralement. Douches et cuisine sont à leur disposition lors d’un court séjour pendant lequel ils reçoivent des soins médicaux et bénéficient d’une écoute attentive. Des bénévoles d’associations caritatives ainsi que des Rotariens les accueillent, les assistent pour des formalités administratives et les aident à trouver un logement, parfois un emploi. Le Rotary Shelterbus circule à travers l’agglomération de Birmingham grâce au soutien de nombreuses entreprises partenaires contactées par des Rotariens. Le RIBI, association qui fédère l’ensemble des Rotary clubs du Royaume-Uni et de l’Irlande, apporte également un soutien financier à cette initiative originale. L’ambition de Rotary Shelterbus est de développer ce concept à travers tout le pays.

Des clubs impliqués dans des structures spécialisées

Des Rotary clubs participent de façon régulière à l’activité de centres d’accueil. Éric Eychenne, président du Rotary club Lyon, explique que « deux membres du club assurent chaque dimanche soir de l’année une présence au foyer Notre Dame des sans-abri de la ville ; il s’agit d’accueillir les passagers, de leur expliquer le fonctionnement du lieu, de discuter avec eux afin d’apporter un réconfort certain. » Les Rotariens aident au service des repas, distribuent des produits pour la douche. « Quel que soit le poste occupé, nous passons toujours un moment très agréable et humainement enrichissant avec ces passagers que nous n’aurions peut -être pas osé aborder dans la rue. » commente l’un des bénévoles.

La grande précarité touche aussi des zones rurales. Dans le Lot, le Rotary club Saint-Céré a soutenu le Secours populaire français pour ouvrir le premier Relais écoute santé du département. Destinée à faciliter l’accès aux services sanitaires, sociaux et administratifs dans ce département classé « désert médical », cette structure a nécessité une grande recherche de financement par les Rotariens. La Fondation d’une grande banque régionale a attribué une subvention, ainsi que le Fonds spécifique du district 1700. Pour pallier l’annulation d’initiatives destinées à collecter des fonds en raison de la Covid-19, des dons personnels de membres du Rotary club Saint-Céré ont complété les sommes nécessaires. Des interventions gracieuses d’entreprises pour réaliser un local provisoire ont été les bienvenues.

En Tunisie, les Rotary clubs Sidi Bou Said et Tunis Notre Dame préparent et distribuent des repas à des SDF ; un café met à disposition sa cuisine et son personnel afin d’appuyer la démarche des Rotariens. Les flux migratoires entraînent des situations dramatiques, comme le souligne l’ancien gouverneur Abderrahman Ali Khodja : « Chaque année, le Rotary club Alger Espérance mène son action « Hiver au chaud » par un don important de vêtements, couvertures et jouets au profit de familles nécessiteuses de ksours de l’extrême sud algérien. » Cette action de solidarité protège du froid de nombreux migrants subsahariens. Sous d’autres latitudes, des membres du Rotary club Charlesbourg (Québec) participent au service du repas à la maison Revivre qui vient en aide à des personnes sans-abri. « Avec les froids, les membres du club ont apporté et distribué des paires de bas et des sous-vêtements. Cet organisme ne reçoit aucune subvention gouvernementale et subsiste grâce à la générosité de ses donateurs. Le Rotary club Charlesbourg le soutient depuis des années par l’entremise du Télébingo Rotary » précise un membre du club.

Dans certains cas, des Rotariens créent leurs propres structures comme cette année en Inde : dans le district 3060 (Gujarat) 22 « Rotary Swaman stores » viennent d’être fondés. Il s’agit de vendre au public des objets, meubles, chaussures ou vêtements remis en état par des personnes sans toit. Ce concept donne de la dignité aux familles les plus pauvres, dans un pays où les castes sont officiellement abolies.

Des réponses adaptées lors de la pandémie

Les mesures de confinement ont obligé des structures d’accueil de SDF à suspendre provisoirement leur activité. Ce fut le cas de l’association nantaise L’Écoute de la rue qui ferma son local accueillant des personnes lors d’une pause ou d’un repas. Pour répondre à l’urgence, le Rotary club Nantes Dobrée est intervenu pour livrer à cette association des produits alimentaires et d’hygiène ainsi que des vêtements. « Ce sont des produits de grande consommation que nous nous sommes procurés, à des conditions spéciales, auprès d’une grande surface d’Ancenis », commente Jean-Pierre Courson, président du club.

This image has an empty alt attribute; its file name is evenement-rencontre-rotariens-sdf.jpg
Les membres du Rotary club Nancy Majorelle vont à la rencontre des sans-abri et leur offrent des vestes polaires innovantes qui les protègent du froid et de l’humidité. Une opération appelée à se développer dans toute la France.

Des Rotariens de tous pays sont intervenus afin de remettre des protections contre la Covid-19 à des personnes en grande précarité. Le Rotary club Vienne a ainsi fourni des masques en tissus 3D lavables et réutilisables, fabriqués dans une usine de la région. Afin d’aider la Croix-Rouge française à entreprendre ses maraudes pour apporter aux sans abri des repas chauds chaque soir, et surtout de l’écoute, le Rotary club Montauban a sollicité des entreprises spécialisées dans la création d’objets 3D, afin de fabriquer des visières de protection. Les membres du Rotary club Montauban ont pris en charge la logistique de cette action.

Des partenariats qui s’étendent

Des actions d’envergure sont parfois menées avec des fondations d’entreprises, comme par exemple le projet initié en 2018 par le Rotary club Nancy Majorelle avec la Fondation Batigère, émanation d’un groupe spécialisé dans le logement social. Afin d’aider les plus pauvres à résister à l’hiver, des centaines de vestes polaires sont distribuées. Cette action nancéenne s’étend au cours de l’hiver 2020 dans d’autres villes : Strasbourg, Épinal, Metz, Thionville, Lyon et Paris. Techniquement conçue pour s’adapter aux conditions de vie dans la rue, la polaire Mendes est réalisée à partir de matériaux permettant de conserver la chaleur sans mouvement, tout en disposant d’une parfaite étanchéité. En participant au financement de ce vêtement adapté, le Rotary club Nancy Majorelle et la Fondation Batigère favorisent aussi l’insertion par l’emploi car la confection fait appel à des associations d’insertion sociale par le travail en couture. Le tissu utilisé provient du recyclage de bouteilles en plastique, ce qui contribue au développement durable.  Jean-Pierre Denis, membre du Rotary club Nancy Majorelle et cheville ouvrière de cette action explique que « le but est d’essaimer à travers tout le territoire grâce à des Rotary clubs qui prennent le relais localement, en liaison avec des associations humanitaires. » Il précise que le Rotary club Nancy Majorelle gère la production et la distribution aux clubs intéressés, lesquels n’ont rien à débourser…si ce n’est du temps lors de la distribution des vestes polaires aux SDF.  Le Rotary club Lyon Part Dieu vient de s’investir dans cette action, comme le souligne sa présidente Anne-Marie Mourer : « accompagnés par le Samu social de Lyon, des Rotariens participent à la distribution de ces vêtements protégeant des grands froids. » Plusieurs Rotary clubs à travers la France envisagent de rejoindre cette action afin de mieux répondre au besoin des personnes sans-abris ; ils se mobilisent pour trouver au plus vite de nouveaux financements pour distribuer davantage de vestes polaires chaque année. Pour tout contact : jpdenisrg@outlook.fr

Les clubs Rotaract impliqués

Au cours d’un dimanche, le Rotaract club Panthéon Assas Melun offre à des SDF des prestations telles que des coupes de cheveux.

Les jeunes sont très mobilisés face à la grande pauvreté. Des actions de terrain sont fréquemment réalisées dont la plus aboutie semble celle du club Rotaract Panthéon Assas Melun qui entreprend une Journée hygièneau profit des sans-abri de Melun. Cette action qui se déroule dans un gymnase a pour but d’offrir des soins esthétiques et médicaux. L’association Je suis charclo avait averti les bénéficiaires lors de ses maraudes, auxquelles des membres du club Rotaract Panthéon Assas Melun participent régulièrement. Deux esthéticiennes, trois coiffeuses, une sophrologue, un médecin, un pharmacien prennent soin des bénéficiaires. Les Rotaractiens préparent également un petit déjeuner, un déjeuner et un goûter, ainsi que des animations (danse, jeux de société etc.). Les sans-abri bénéficient de douches dans les vestiaires du gymnase. À l’issue de la journée, les SDF repartent avec produits d’hygiène, couvertures et vêtements récoltés par les Rotaractiens.  Cynthia, Rotaractienne, raconte : « J’ai aimé échanger avec les SDF, ce qui leur a fait du bien. Leur reconnaissance et leur joie m’ont encore plus donné envie de participer à d’autres événements en faveur des sans-abri.» 

Au-delà de ces nombreuses et diverses actions réalisées en faveur des personnes sans toit, les Rotariens du monde agissent dans beaucoup d’autres domaines afférents à la pauvreté, que ce soit à travers des collectes alimentaires ou la prise en charge de victimes de catastrophes humanitaires. Le Rotary reste attentif aux maux de nos sociétés et tente d’y apporter des solutions concrètes ; la recherche de la paix sous toutes ses formes demeure au centre de son action.

Les estimations en France

Selon la Fondation Abbé-Pierre,185 000 personnes vivent actuellement en France dans des centres d’hébergement, 16 000 dans des bidonvilles et au moins 27 000 dans la rue.

Une réflexion au sujet de « Ils ont besoin de toits »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s