Solidarité africaine

Coordinateur Image publique de l’Afrique francophone 2017-2020, j’ai dû adapter mon mode d’intervention pour le premier semestre 2020 en remplaçant mes visites physiques par des rencontres virtuelles.

Ce qui suit est un témoignage de ces changements à tous les niveaux.

Dans les clubs et les districts

Au point de vue de la forme

Après une période de flottement, une grande partie des clubs de la zone a basculé dans les réunions virtuelles utilisant majoritairement Zoom puis, suivant l’évolution des contraintes sanitaires, en mixant présentiel et virtuel.

Il en a été de même pour les Assemblées et Conférences de district (ce qui m’a permis de participer aux 5 organisées dans ma région… une première !).

Au point de vue du fond

Utiliser Zoom, c’était aussi s’ouvrir au monde ! les clubs ont commencé à inviter des conférenciers extérieurs sur des thèmes d’actualité en mettant l’annonce de ces conférences sur Facebook avec leurs modalités d’accès.

Résultat : en fonction de la qualité du thème comme de la notoriété des intervenants, de nombreux visiteurs hors clubs puis hors districts ce sont inscrits faisant exploser les compteurs traditionnels tant au niveau du nombre d’inscrits (de 30 pour les moins suivies à plus de 200 pour les plus populaires) que de l’origine géographique (pouvant aller jusqu’à 20 nationalités différentes) ou de la qualité des participants (du simple visiteur extérieur aux anciens gouverneurs de district en passant par tous les grades rotariens).

Il en a été de même pour les Assemblées/Conférences de district et autres séminaires qui se sont ouverts sur des terres inconnues, parfois depuis des pays éloignés de plusieurs centaines ou milliers de kilomètres.

À cet exercice les clubs Rotaract ont été stupéfiants : grâce à eux j’ai animé ou coanimé des conférences depuis chez moi avec une maîtrise technique basée au Benin ou Mali, une interprète au Sénégal, un modérateur au Mexique et des co-intervenants au Mali, Niger, Côte d’Ivoire… Soit une cinquantaine de manifestations, animées ou coanimées en direct, regroupant quelque 2 000 personnes de plus de 50 pays différents.

La complicité s’est établie ouvrant la voie à la camaraderie puis à l’amitié dans le respect de nos cultures et générations différentes : la diversité du Rotary, source théorique d’enrichissement, est devenue réalité.

LE ROTARY CONNECTE LE MONDE

Les Actions

Elles se sont orientées selon 3 directions.

L’information sur les gestes de protection

Depuis des  panneaux d’affichage de 3 mètres sur 4 en Côte d’ivoire en passant par des démonstrations de lavage des mains (au Mali par les membres de l’Interact) sans oublier le respect de la distanciation physique et l’apprentissage des gestes barrières ou de distribution de masques et de gel pour tous dans des endroits de fortes concentrations (les marchés, les gares  bus ou de motos-taxis) comme dans les endroits les plus reculés, les initiatives se sont multipliées avec des démonstrations faites par les Rotariens donnant tout son sens à notre campagne Place à l’action.

Les réseaux sociaux (Facebook majoritairement) mais aussi les médias locaux (presse écrite, radio et télévision) servant de caisse de résonance ont positionné le Rotary au cœur de cette lutte en lui donnant l’image d’acteur de terrain au service des populations.

L’aide au personnel médical

Les dons d’équipements se sont faits dans toute la zone, de tous horizons, allant des blouses aux masques en passant par le gel mais aussi des respirateurs.

Beaucoup de pays n’ayant pas les ressources pour doter ces personnels, le Rotary est venu en force sur cet axe, la logistique mise en place pour lutter contre la poliomyélite facilitant considérablement celle-ci.

Mais le Rotary en Afrique comme ailleurs a aussi fourni des repas et soutenu moralement ces sentinelles de la santé.

L’aide aux populations défavorisées

Des fournitures de matériel de protection certes, des citernes pour l’hygiène des mains en Afrique sub-saharienne mais aussi des repas pour ceux qui avaient perdu leur emploi, tous ont participé à ces gestes de solidarité et Facebook s’en est fait écho à un rythme pluri-journalier, souvent relayés par les médias locaux.

Par exemple, au Maghreb en général, et en Algérie en particulier, une opération dénommée « les couffins du Ramadan » a fait coïncider la fin de celui-ci avec une distribution de repas et paniers de provisions à plusieurs centaines de familles.

Autres accidentées du COVID, les personnes âgées : à la Réunion, une distribution de tablettes et d’ordinateurs couplés à des abonnements télévision ont permis de renouer du lien social et rompre un isolement mortifère.

LE ROTARY EN ACTION

Les relations partenariales nouées avec les clubs Rotaract (et Interact) sont sorties renforcées de cette crise illustrant pleinement la volonté du Rotary d’en faire des partenaires à part entière (en Afrique, 1 091 clubs et 19 503 Rotaractiens constituent une force de frappe considérable).

Nos jeunes amis possèdent une maîtrise des réseaux sociaux et un sens de l’action de terrain qui ont permis de booster l’image du Rotary en Afrique, les clubs parrains pouvant y trouver une source d’inspiration et de collaboration positive.

En un mot, nos différences font notre richesse. – Gérard Arzilli

2 réflexions au sujet de « Solidarité africaine »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s