La paix est un travail de l’intérieur

Par Lindsay Griswold, spécialiste Youth Exchange et protection des jeunes

Lindsay Griswold, bénévole de Peace Corps en 2006.

Lindsay Griswold, bénévole de Peace Corps en 2006.

Cette expérience m’a changé à bien des égards, mais les traits de caractère que j’ai acquis à l’époque et que j’apprécie toujours aujourd’hui sont la patience, la flexibilité et la résilience. À mon retour, j’ai servi dans l’AmeriCorps, j’ai travaillé comme éducatrice, j’ai obtenu mon diplôme d’études supérieures en travail social, et bien d’autres choses encore. Chacune de ces activités m’a permis d’éveiller ma passion pour la paix.

J’ai poursuivi ce travail pour la paix lorsque j’ai commencé ma carrière au Rotary International en 2014. Plus précisément, je travaille pour le programme Youth Exchange, l’une des initiatives de consolidation de la paix les plus solides du Rotary. Lorsque le Rotary a annoncé un partenariat avec l’Institut pour l’économie et la paix (IEP) en 2017, j’ai été ravie de voir comment il serait inclus dans tous les programmes du Rotary, notamment le Youth Exchange. Je me suis inscrite à l’Académie pour la paix positive du Rotary lors de son lancement en 2018 et j’ai ensuite appris l’existence du programme d’ambassadeurs de l’IEP par un Rotarien qui faisait partie de la première promotion. Cela m’a semblé être une combinaison parfaite.

Lindsey1

Lindsay participant à une danse lors de son passage chez Peace Corps au Kenya en 2006.

Les ambassadeurs participent à une série de webinaires en ligne présentant des analyses complètes qui reposent sur des données dans le domaine de la paix et de la prévention des conflits. Ils doivent ensuite mettre leurs connaissances à profit en organisant une présentation ou un projet créatif pour leur réseau ou leur communauté.

Le siège du Rotary est à Evanston dans l’Illinois, mais je fais du télétravail depuis mon domicile d’Asheville en Caroline du Nord depuis déjà quelques années en attendant que mon mari finisse ses études. Au départ, j’ai conçu mon action comme une formation en personne lors d’une séance d’orientation du Youth Exchange pour les jeunes participants de la région d’Asheville (district 7670). Comme le Youth Exchange est un programme d’études à l’étranger, j’avais prévu de me concentrer sur le pilier « bonnes relations avec les voisins » de la paix positive.

Mais c’est à ce moment qu’est intervenue la pandémie de COVID-19. L’obligation de distanciation physique et de confinement à domicile a été mise en place, rendant impossible une présentation en personne.

Fort heureusement, j’ai pu m’appuyer sur la flexibilité acquise en tant qu’ancienne bénévole des Peace Corps. J’ai orienté ma formation vers un public virtuel de bénévoles de cette organisation de retour chez eux, en me concentrant sur le même pilier, mais en analysant maintenant nos différents pays à travers le prisme des indices de paix mondiale et de paix positive de 2019.

Ce projet a fini par être la partie la plus importante du programme pour moi, bien qu’au début, l’idée me rendait vraiment nerveuse. Que dois-je faire ? À qui dois-je m’adresser ? Est-ce que j’en sais assez sur la paix positive pour parler intelligemment du sujet ? Je suis devenue encore plus anxieuse quand j’ai dû changer mes plans, mais cela m’a finalement motivée à travailler encore plus dur sur une présentation interactive de qualité qui serait intéressante pour mon public. J’étais vraiment reconnaissante de pouvoir parler avec mes pairs de nos expériences communes, de dépoussiérer mes compétences d’enseignante et de communiquer de nouvelles idées qui ont suscité des conversations intéressantes autour de la paix positive.

Et lorsque je vois les troubles civils qui sévissent actuellement aux États-Unis et dans d’autres pays du monde, je me souviens de ce que j’ai appris dans le cadre du programme d’ambassadrice de l’IEP. La paix est un travail de l’intérieur et le premier signe de guérison. Je crois que cela s’applique à nous tous en tant qu’êtres humains et aux nations dans lesquelles nous vivons. Afin d’activer la paix positive, nous devons d’abord commencer à l’intérieur de nous-mêmes et nous diriger lentement vers nos relations, les communautés locales, les villes, les régions, les pays et le monde.

Le Rotary a établi un partenariat avec l’Institut pour l’économie et la paix et Peace Corps. Vous voulez vous impliquer davantage dans la construction de la paix ? Inscrivez-vous à l’Académie de la paix positive du Rotary ou devenez un ambassadeur de l’IEP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s