Mon rôle a toujours été de former

J’ai été professeure à l’école de médecine de l’Université Southern Illinois pendant 22 ans. Mon doctorat portait sur l’éducation à la santé. À la fin de l’année 1994, j’ai pris ma retraite et j’ai rejoint Peace Corps. C’était une étape de transition positive pour moi. Je pense que c’est une excellente option pour les jeunes retraités. Quand on travaille dans un environnement culturel différent, c’est bien d’avoir déjà un peu d’expérience de la vie.

Dr. Ella Lacy. 1 June 2019, Hamburg, Germany.

Le Malawi est un pays où la population est chaleureuse et amicale, mais c’est aussi le 2e ou 3e pays le plus pauvre du monde, selon l’ONU. Il y avait beaucoup de travail. Tous les jours. Il s’agissait de choisir un champ d’action où nous pouvons être utile. Le fait d’être une bénévole plus âgée, avec une expérience bien rodée, m’a beaucoup aidé.

Les malawites ont un grand respect pour leurs aînés, même si cela pouvait être parfois un obstacle en ce qui me concerne. J’ai fêté mes 55 ans le premier jour où j’ai posé le pied au Malawi. Dans l’esprit des malawites, à mon âge, j’aurais dû rester dans mon pays pour m’occuper de mes petits-enfants. J’ai souvent dû faire mes preuves, parcourir un long chemin avant d’être écoutée. Mais ils me faisaient confiance malgré tout.

Après Peace Corps, j’ai été agent de surveillance de la polio pendant plusieurs années, travaillant avec l’UNICEF et l’Organisation mondiale de la Santé. La seule façon de dépister la polio est de la détecter dans les selles. Beaucoup de professionnels de la santé se méfiaient de ce système de dépistage, parce que ce n’était pas celui-là qu’ils avaient appris. Mon rôle était donc de les-y former. Aussi, ils estimaient qu’il n’était pas nécessaire de remplir un rapport puisque la polio n’était pas présente dans le pays. Vous devez leur faire vérifier régulièrement tout ce qu’il y avait à vérifier. Cela peut sembler banal, mais c’est très important.

J’ai rejoint le Rotary en 1999. Après avoir été sélectionnée pour un échange à Veracruz, au Mexique, j’ai participé à 23 réunions de club en 30 jours. Ensuite, j’ai été admise au Rotary. J’ai assisté à presque toutes les conventions depuis Chicago. Vous participez, vous rencontrez d’autres Rotariens et vous ressentez une énergie nouvelle vous poussant à poursuivre vos efforts.

Propos d’Ella Phillips Lacey, membre du Rotary club de Carbondale (États-Unis), recueillis par Jenny Llakmani.

Photos par Monika Lozinska.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s