Renforcer les clubs grâce aux partenariats locaux

Par Quentin Wodon, auteur du Rotarian Economist Blog, président du Rotary club de Capitol Hill à Washington et chef économiste à la Banque mondiale

La plupart des Rotariens sont des professionnels expérimentés, et pourtant de nombreuses actions ne s’appuient justement pas sur cette expertise. Il existe des exceptions, comme lorsque des Rotariens passionnés par un sujet particulier obtiennent une subvention mondiale, mais il me semble que nos formidables initiatives ont un impact limité parce qu’elles ne sont pas toujours stratégiques ou n’utilisent pas au mieux l’expertise des Rotariens.

Une des solutions pour augmenter notre impact est le concept d’équipes de Rotariens intervenant pro bono. Le 1er juillet, mon club a initié un partenariat avec une demi-douzaine d’associations locales dans ce cadre. Ces partenariats ont quatre intérêts : de meilleures opportunités de service pour les membres et un plus grand impact local ; davantage de visibilité pour nos partenaires comme pour notre club ; une meilleure attractivité pour les nouveaux membres ; et le renforcement de l’esprit d’équipe.

Meilleures opportunités de service et plus grand impact : Les membres de mon club, comme partout ailleurs, sont des professionnels et/ou des dirigeants d’entreprise. Nous nous appuyons sur ces compétences pour constituer des équipes de conseil stratégique pro bono de 4 ou 5 personnes (membres ou non) qui aident les associations locales à résoudre les problèmes qu’elles rencontrent. Cela rend le club plus intéressant pour nos membres et cela augmente notre impact car notre engagement devient plus stratégique.

Davantage de visibilité pour nos partenaires comme pour notre club : Nous obtenons cela de plusieurs façons. Tout d’abord, nous faisons la promotion de notre travail sur les réseaux sociaux en utilisant notamment le blog The Hill is Home. Nous publions non seulement des articles sur notre club, mais aussi sur le travail réalisé par nos partenaires et sur nos collaborations. Ensuite, nous commençons également à écrire des articles courts sur nos partenaires pour le magazine mensuel de la ville.

Nouveaux membres : Notre club perdait des membres depuis plusieurs années, mais nous sommes passés de 18 à 27 membres depuis le 1er juillet, soit une augmentation de 50 %. Notre initiative pro bono et nos partenariats locaux nous ont vraiment aidés à recruter.

Meilleures équipes : Nos équipes pro bono travaillent pendant trois mois avec les associations locales et elles sont composées de Rotariens et de non-Rotariens. Nous espérons que certains de ces non-Rotariens rejoindront le Rotary mais ce n’est pas notre objectif principal. Nous cherchons avant tout à constituer des équipes efficaces et à bénéficier de l’expertise d’amis et de collègues qui sont prêts à aider, mais qui ne sont pas forcément intéressés par le Rotary. Il s’agit en quelque sorte de notre propre modèle d’Unité de développement communautaire au sein duquel nous travaillons ensemble pour renforcer les associations locales.

Il existe de nombreuses façons pour les Rotary clubs de nouer des partenariats avec des associations locales de manière stratégique et certains clubs le font depuis longtemps. Notre modèle d’équipes pro bono ne conviendra peut-être pas à tous les clubs, mais il nous permet de regrouper nos efforts pour améliorer notre image publique et pour attirer de nouveaux membres. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter via mon blog The Rotarian Economist.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s